Accueil Actualités Amélioration de la mobilité urbaine du Grand Abidjan: Une mission visite les installations du MTAU à Yamoussoukro

Amélioration de la mobilité urbaine du Grand Abidjan: Une mission visite les installations du MTAU à Yamoussoukro

par Zephirin

Le Master professionnel en transport et aménagement urbain (MTAU) est à sa deuxième promotion. Des installations et équipements ont été remis aux auditeurs. Une mission était à Yamoussoukro pour s’en rendre compte.

C’est au sein de l’Institut national polytechnique Félix Houphouët-Boigny (INPHB) à Yamoussoukro qu’est organisé le Master professionnel en transport et aménagement urbain (MTAU), dans le cadre du projet d’intégration Port-ville du grand Abidjan (PACOGA)  avec le soutien de l’Ecole  nationale des ponts et chaussées  de Paris (ENPCP). La première promotion comptant 19 auditeurs a achevé sa formation en novembre 2020, entamée en janvier de la même année. La seconde promotion composée de 27 apprenants a débuté les cours depuis janvier 2021. Afin de s’assurer du bon fonctionnement des installations dédiées au projet, une mission a séjourné dans la capitale politique. La mission conduite par le coordonnateur adjoint du projet, Paul Kangah, comprenant, notamment Nadia Kouadio épse Amany a pu se rendre compte, les 22 et 23 avril dernier, de l’impact de la mise à la disposition des apprenants de salles informatiques, de cours, de professeurs, de bureaux ainsi que de matériel pédagogique. « Il y a un effort substantiel qui a été fait », s’est réjoui le directeur du département infrastructures et transport de l’INPHB, Dr Diabaté Lanciné, selon une note de la mission. Quant à Larissa Bogo épse Bouyo, DRH au ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, elle reconnait avoir, au début, pris part à la formation « avec beaucoup d’appréhensions, parce que littéraire à la base ». Mais, « aujourd’hui, j’avoue que les cours dispensés sont assez abordables. Et, il y a une formule de nous mettre en groupes diversifiés qui nous permet de faire des exercices ensemble ». En définitive, « on apprend beaucoup pour avoir les compétences pour pouvoir les traduire dans ce que l’Etat ou les décideurs nous demanderont d’apporter », fait savoir, Kouassi Akissi Valérie épse Kouamé de Quipux Afrique. C’est la raison pour laquelle, selon le Directeur académique du MTAU, N’Guessan Jean-Michel, « insérer dans les projets, un volet développement urbain est extrêmement important pour la bonne exécution et le suivi des projets qui sont réalisés ». Des doléances ont tout de même été faites, concernant : le besoin d’une bibliothèque, de logiciels tel, celui de modélisation des transports ; une salle de visio-conférence. Le PACOGA a été initié par le Gouvernement et la Banque mondiale en vue d’appuyer le développement urbain durable du Grand Abidjan, à travers une meilleure intégration du Port dans la ville, permettant d’adresser les inefficacités des opérations portuaires et des chaînes logistiques, une meilleure planification et gestion de l’espace urbain et une mobilité urbaine durable, l’ amélioration de l’infrastructure des transports urbains, des services logistiques et l’appui à la compétitivité. D’un montant de plus de 216 milliards FCFA, le projet s’inscrit dans le cadre du Plan national de développement (PND) élaboré par l’Etat et le Nouveau Cadre de Partenariat Pays (CPP) sur la période 2016 – 2020. Sa durée est de 4 ans

Mathias Kouamé

Légende : Les représentants du projet sont venus s’informer sur l’impact des installations sur la qualité des cours

Articles similaires