Accueil Actualités Editorial: Le temps de la Décrispation !

Editorial: Le temps de la Décrispation !

par Zephirin

El Hadj Alassane Ouattara, président de la République de Côte d’Ivoire, reste viscéralement attaché à la paix et la réconciliation dans son pays. Déjà dans son allocution télévisée la veille du Nouvel An, il avait appelé le jeudi 31 décembre 2020 à intensifier les efforts pour la « réconciliation » en Côte d’Ivoire, après les violences liées à l’élection présidentielle d’octobre 2020, et dans la perspective des législatives du 6 mars 2021. Après s’être félicité de la qualité du dialogue politique avec l’opposition et la société civile lancé depuis le 21 décembre pour « décrisper » le climat politique, Alassane Ouattara s’est dit « confiant qu’avec l’implication de tous, ce grand chantier de la réconciliation sera conduit avec succès ». Après les législatives, l’engagement du Président ivoirien de voir ses compatriotes regarder dans la même direction est resté vif. Aussi a-t-il décidé de multiplier les gestes d’apaisement politique ces dernières semaines.

Recevant le jeudi 29 avril 2021 à sa résidence de Cocody, les cadres de l’Est et du Grand Sud venus lui exprimer leur reconnaissance pour l’honneur fait à certains d’entre eux nommés à des hautes fonctions de l’Etat où à la tête des institutions, le Président Ouattara a réaffirmé sa ferme volonté de décrisper l’atmosphère sociopolitique et de faire aboutir le processus de réconciliation nationale. Bien entendu, à travers le retour de Laurent Gbagbo et de ses collaborateurs restés en exil ainsi que la libération d’autres compatriotes incarcérés pour des violences lors de la présidentielle d’octobre 2020. « La Côte d’Ivoire tient à cette dernière étape qui est la vraie réconciliation des fils et des filles de notre pays », a insisté le Chef de l’Etat. Pour joindre l’acte à la parole, six (6) partisans de Laurent Gbagbo, dont d’anciens cadres de son parti, ont atterri le lendemain 30 avril à l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan Port-Bouët en provenance du Ghana sous l’égide du Haut-commissariat aux réfugiés (HCR), en accord avec le gouvernement ivoirien, au nom de la « réconciliation nationale« . Il s’agit de Justin Katinan Koné, Adia Damana Pikass, Tahi Zué Etienne, Jeannette Koudou, Véhi Tokpa et Innocent Kouabena Abouo. Le même jour, Richard Adou, procureur de la République, a annoncé au cours d’une rencontre avec la presse la libération d’une centaine de personnes incarcérées pour leur rôle présumé dans les violences liées à la présidentielle d’octobre 2020. Quelques jours avant, soit le 28 avril 2021, Pulchérie Gbalet, présidente d’Alternative Citoyenne Ivoirienne (ACI), arrêtée pour appel à la violence lors de la présidentielle, humait à plein poumon l’air frais de la liberté.

Aujourd’hui, ce sont les partisans de l’ancien Président Laurent Gbagbo qui s’activent dans les préparatifs de son accueil. Le 30 avril 2021, ses émissaires ont été reçus en audience par le Premier ministre, Patrick Achi, en vue d’échanger sur l’organisation de son retour au pays. Déjà, un comité d’accueil national composé de personnalités originaires de toutes les régions du pays, a été mis sur pied en plus d’un autre comité dit ‘’opérationnel’’ qui travaillera sur le terrain pour la réussite de l’accueil. Dans l’intervalle, des séances de travail avec le ministre de la Réconciliation nationale et de la Cohésion sociale ainsi que celui de l’Intérieur et de la Sécurité sont en vue pour arrêter la date exacte de l’arrivée de l’ex-président. Comme on le voit, la machine de la réconciliation est bien en marche ; et le chef de l’Exécutif  ivoirien ne manque pas d’intensifier les actions en faveur du pardon et de la concorde nationale. Le ton ainsi donné, le camp d’en face (l’opposition) doit s’inscrire résolument dans cette dynamique en tournant le dos aux attitudes guerrières et aux propos de haine, afin que tous les Ivoiriens unissent leurs forces pour la construction d’une Nation apaisée. Chacun y gagnera !

Par G. De Gnamien

Articles similaires