Infrastructures/Impacts sur les populations: La Banque mondiale rappelle ses exigences

by Zephirin

En Côte d’Ivoire pour la réunion de haut niveau sur la 20ème Reconstitution des Ressources de l’Association Internationale de Développement (IDA-20), une équipe de la cellule de communication du président de la Banque mondiale, venue de Washington a visité des infrastructures que l’institution financière a entièrement réalisé ou contribué à le faire, à Abidjan et ses environs.

Mardi 13 juillet sur le principal canal ou drain bétonné de Yopougon, entre le carrefour Kimi et la lagune Ebrié, passant par la cité Coprim et les quartiers Sicogi et Sogefiha Niangon qui au total a bénéficié à 35.000 personnes, l’équipe a non seulement visité l’ouvrage long de 3,5km mais, a notamment échangé avec la Cellule de coordination (CC) du PRICI, l’agence d’exécution (Onad), l’entreprise attributaire ainsi qu’avec plusieurs riverains. Pour avoir assainir la zone traversée tout en favorisant définitivement la fin de la série d’effondrements meurtriers de constructions dont des bâtisses à plusieurs niveaux, ces riverains ont remercié le partenaire financier pour l’infrastructure dont le coût de réalisation est chiffré à environ 11 milliards dont 3 milliards de l’Etat et 8 de la Banque. Les populations ont tout même fait des doléances. Occasion pour Gnona Yao, l’un des représentants de la Banque mondiale de rappeler ceci, « la Banque mondiale tient à quelque chose d’important que nous appelons, la sauvegarde environnementale et sociale ». Autrement dit, l’intérêt accordé à l’impact de tout projet qu’elle finance sur les communautés et sur l’environnement est de haute portée. C’est d’ailleurs pourquoi, il a aussi rappelé que, le projet est « au courant » et « va pouvoir trouver un début de solution aux préoccupations soulevées ». Celles-ci sont liées à l’absence d’éclairage public sur les voies aménagées, de part et d’autre du canal, offrant l’obscurité à laquelle profitent les délinquants pour sévir ; le problème d’assainissement constaté dans des domiciles, après la fin des travaux. Sur ces différentes questions, Mme Carine Bassa, Coordinatrice adjointe de la Cc-Prici a donné des assurances. Ainsi, s’agissant de la question de l’éclairage, « une demande complémentaire de budget » va être faite à l’Etat. Quant aux « quelques petits dysfonctionnements du réseau eau usé », des équipes vont être envoyées afin de parcourir les maisons concernées pour des solutions pérennes.

Après l’étape de Yopougon, la délégation comprenant également, Kimberly Versak, Benjamin Louis Carver et Francisca Memel qui elle, est de la cellule de communication de la représentation de la Banque à Abidjan, s’est rendue à Bingerville pour voir le château d’eau et une station de traitement d’eau de plus de 700m3/h.

M.K.

Articles similaires