Après le rejet de sa candidature : Djibré Serge invite ses partisans à la vigilance et à la mobilisation

Après la proclamation de la liste définitive des candidats retenus pour le scrutin  présidentiel du 31 octobre 2020, le candidat de 1000 volontaires, Djibré Serge Franck Aimé, qui a été recalé, ne s’est pas fait prier pour monter au créneau.

24 heures seulement après les résultats, le porte-étendard de 1000 volontaires a animé une conférence de presse, le mardi 15 septembre 2020, dans un complexe hôtelier, pour crier son indignation. Décriant une violation de la Constitution, il invite ses partisans à la vigilance et à la mobilisation.

« Restez fermes et gardez le calme. Nous avons franchi un grand pas. Partout où vous vous trouvez, ne vous laissez pas manipuler et distraire. Le chemin est encore longue. C’est pourquoi, je vous invite à la vigilance et à la mobilisation, car le combat n’est pas perdu », a déclaré le conférencier qui dit avoir ouvert grands sillons de la politique ivoirienne. Avant d’ajouter : « Qu’au regard de ce qui se passe, une crise politique est en train de mettre en berne la démocratie en Côte d’Ivoire ».

A cet effet, Djibré Serge exhorte les militants et sympathisants de son parti politique à prendre leur destin en main. « Le rejet anti constitutionnel des nombreux dossiers de candidature doit nous interpeller. Pour ma part, nous avons rempli toutes les conditions exigées  pour être éligible. Nous avons obtenu le pourcentage de parrainage recommandé. C’est donc dommage que ma candidature soit rejetée. Il n’y eu aucun doublon sur notre cas. Notre cas est très spécifique. C’est parce qu’ils ont peur de m’affronter qu’ils ont rejeté ma candidature. Cette manière de faire les choses met en péril la démocratie dans notre pays. Nous invitons un plus grand nombre d’Ivoiriens à nous rejoindre dans le combat de la démocratie », a martelé M. Djibré.

Poursuivant, il a fait savoir qu’il ne plaide pas sur le fond, mais sur l’erreur administrative. «  La Cour constitutionnelle peut toujours revenir sur sa décision. Nous ne sommes pas dans la démarche d’un homme, mais d’un appel. Nous ne plaidons pas sur le fond mais sur l’erreur constitutionnelle », a conclu Djibré Serge Franck Aimé.

 

Carlverth K

 

Laisser un commentaire