Grands Ponts / Entretien routier : Amedé Kouakou lance les travaux

C’est un vaste réseau routier de 1521 kilomètres au total qui bénéficiera d’un entretien, cette année, dans la région des Grands Ponts. Le ministre de l’Équipement et de l’Entretien routier, Amedé Koffi Kouakou, en a fait l’annonce, hier à Grand-Lahou.

En présence de son collègue auprès du Premier ministre en charge de la Coordination des Grands Projets, Claude Isaac Dé et des autorités locales, le ministre Amedé Kouakou a procédé au lancement du Programme d’entretien routier (Per 2019-2020) dans la région. Ce programme, à l’en croire, a un coût global de 2,52 milliards de F Cfa. Il se déclinera, a-t-il précisé, en des travaux de revêtement de bitume de 307 km et de reprofilage de routes en terre sur 1214 km. Dans le département de Grand-Lahou, a-t-il poursuivi, il y aura des travaux de reprofilage lourd et de traitement de plusieurs points critiques portant sur 70,2 km du réseau en terre, et de reprofilage léger portant sur 364,3 km. Une annonce très bien accueillie par les populations de la Cité des trois eaux, comme on surnomme Grand-Lahou. D’autant que, comme l’a souligné le maire Daniel Gnangni, ‘’la quasi-totalité des routes sont dans un état de délabrement avancé’’. «Certes déjà inscrits à l’agenda de la tutelle, ces travaux, comme présentés, connaîtront une intensification cette année, dans la mesure où nous sommes dans la deuxième année du social en Côte d’Ivoire», a souligné Amedé Koffi Kouakou. ‘’L’entretien du réseau routier permet d’apporter une réponse à la question de la cherté de la vie, car une route peu entretenue ne favorise pas une évacuation efficace des produits agricoles vers les centres de commercialisation (…) c’est pourquoi il figure en priorité dans le Ps-Gouv 2019-2020. L’exécution de ces travaux facilitera l’accès aux services sociaux de base et améliorera la fluidité des populations dans la région’’, a-t-il expliqué.

10 km de bitume

pour Dabou L’entretien routier dans les Grands Ponts consistera aussi en des travaux de construction de quatre ouvrages hydrauliques dans le département de Dabou. Mais aussi et surtout de bitumage de 10 km de la voirie de Dabou, ainsi que le traitement de plusieurs points critiques sur l’axe Dabou-Sikensi, long de 48 km. C’est ce qu’Amedé Koffi Kouakou a annoncé à Dabou, après l’étape de Grand-Lahou. À l’en croire, c’était essentiel pour la ville qui souffre d’un manque crucial de route.Pour la réalisation de ce programme dans la région des Grands Ponts, a informé Amedé Kouakou, quatre Pme ivoiriennes ont été retenues. Mais sur le plan national, a-t-il précisé, les travaux d’entretien routier ont été confiés à 261 entreprises nationales. ‘’Les résultats attendus seront scrutés avec la plus grande attention’’, a-t-il martelé.

Le réseau routier ivoirien, c’est 82 020 km de routes classées dont 75 000 km de routes en terre et 7 000 km de routes bitumées. Outre ce linéaire de routes, on dénombre environ 200 000 km de pistes rurales reliant des villages, des campements et des plantations. Ce réseau routier permet d’assurer plus de 90% des échanges dans le domaine des transports. Pour le maintenir en bon état, il faut y effectuer un entretien régulier et performant. Ainsi, chaque année depuis 2012, l’Agence de gestion des routes (Ageroute) élabore un programme d’entretien. ‘’La mise en œuvre de ce programme a permis, sur la période 2012-2018, d’améliorer significativement les infrastructures routières grâce à d’importants investissements publics et privés’’, s’est félicité Amedé Koffi Kouakou

Amedé Kouakou: ‘’Nous n’avons pas le droit de nous diviser’’

Les discours que le ministre Amédé Koffi Kouakou a prononcés, hier, dans la région des Grands Ponts, étaient ponctués d’appel à la paix et à la cohésion. À Grand-Lahou ensuite à Dabou, il a rencontré les communautés baoulé avec qui il s’est entretenu franchement en baoulé. ‘’La paix est le préalable de tout développement. On ne peut garantir cette paix qu’en restant unis et en vivant dans la cohésion. Si nous voulons aller de l’avant, nous n’avons pas le droit de nous diviser. Il s’agit aussi et surtout de l’avenir de nos enfants. Pensons à ce que nous allons leur laisser comme pays. Tout ce que nous recherchons, c’est la paix telle que le Président Houphouet-Boigny nous a appris, et c’est ce que nous prônons au Rhdp. Suivons ce qui est bon pour nous et non des discours qui appellent à la division’’, a-t-il lancé.

ck/FE

Laisser un commentaire