Politique nationale / En tournée dans le Haut Sassandra : Simone Gbagbo prône la réconciliation 

L’ex-Première dame de Côte d’Ivoire, Simone Ehivet Gbagbo a effectué du 30 août et 5 septembre 2019, une grande tournée de mobilisation et de sensibilisation dans la région du Haut Sassandra.

Cette opération politique l’a conduite dans plusieurs sous-préfectures des quatre départements de cette région, où elle a animé des meetings.

De Saïoua à Daloa où le meeting de clôture a eu lieu, Mme Gbagbo a mis l’accent sur l’importance de la réconciliation. « Je suis venue vous dire de laisser les ressentiments, les rancœurs et les rancunes. Les présidents Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié ont réfléchi et ils nous demandent de nous réconcilier, de pardonner à nos bourreaux. Alors, le président Gbagbo a pour habitude de dire « Asseyons-nous et discutons ». « Moi, je vais vous dire asseyons-nous et réconcilions-nous », a-t-elle prôné, non sans se réjouir du rapprochement entre les deux ex-présidents du pays.

A propos des élections de 2020, elle a rassuré les militants du FPI quant à la participation de sa formation politique. « Le président Laurent Gbagbo m’envoie vous rassurer qu’en 2020, le FPI aura des candidats à l’élection présidentielle, aux élections régionales, législatives et municipales sur l’ensemble du territoire. Pour gagner ces élections. Pour cela, il insiste et vous demande de vous faire établir des cartes nationales d’identité et de vous faire inscrire sur les listes électorales. Il vous charge de mobiliser tous nos parents », a insisté Mme Gbagbo.

Dans les différentes localités où elle s’est exprimée, Mme Gbagbo qui a bénéficié du soutien des militants du Pdci, s’est félicitée de l’entente entre le FPI et le vieux parti. « Je dis merci au Pdci qui a tracé le chemin de l’espérance et de l’amour aux Ivoiriens. Pendant la crise, nous étions fâchés les uns contre les autres. Mais nous venons de comprendre que nous avons besoin d’être une Côte d’Ivoire unifiée dans la fraternité, la solidarité et le pardon », a-t-elle commenté.

Elle a poursuivi en dénonçant la nouvelle loi sur la Commission électorale indépendante (Cei) qui n’est pas consensuelle, selon elle. C’est pourquoi elle a fait savoir que le toilettage, la révision de la liste électorale et le découpage électorale demeurent des exigences de son parti, malgré les réformes déjà faites par le gouvernement.

Partout, les militants du Fpi ont pris l’engagement de donner la victoire à leur parti aux prochaines élections générales de 2020 et ont mis au centre de leurs attentes le retour du président Laurent Gbagbo et Blé Goudé.

CKou/BM

Laisser un commentaire