Rejet de la candidature de Lauren Gbagbo : La plateforme EDS et le FPI montent au créneau

Laurent Gbagbo a été recalé pour le scrutin présidentiel du 31 octobre 2020. Après le verdict du Conseil constitutionnel, ces partisans, notamment son parti politique, le Front populaire ivoirienne (FPI) et la plateforme Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) ont animé une conférence de presse le mercredi 16 septembre 2020, à Cocody-Rivera.

Ces échanges avec la presse nationale et internationale ont été Co-animée par le Dr. Assoa Adou et Pr. Georges Armand Ouégnin. Dans le propos liminaire, le président de la plateforme Ensemble pour la démocratie et la souveraineté, Georges Armand Ouégnin, a jeté un regard sur la date du dépôt  (le lundi 31 août 2020) du  dossier de la candidature de Laurent Gbagbo devant la Commission électorale indépendante (CEI) pour sa participation à l’élection présidentielle du 31 octobre.

« Le lundi 14 septembre 2020, le Conseil constitutionnel a  rendu public la liste définitive des candidats  retenus pour la présidentielle 2020. Au terme de ladite décision, il a été déclaré irrecevable 40 candidatures sur 44 postulants dont Laurent Gbagbo », a dit d’entrée Armand Ouégnin, évoquant les motifs du rejet de la candidature de leur porte-voix.

« EDS fait remarquer que le  Conseil constitutionnel en déclarant Laurent Gbagbo membre de ladite institutionnel a été condamné injustement à la CPI et les 20 ans de condamnation de Gbagbo pour casse de la CEDEAO est nul et nul effet. Car selon les textes du Conseil constitutionnel aucun membre n’est passible à la loi. Laurent Gbagbo n’a jamais siégé donc il peut faire acte de candidature », a-t-il déclaré.

Selon lui, la décision du Conseil constitutionnel est une violation de loi. Pour rappel, dans 45 jours, saut changement de la dernière minute, les Ivoiriens se rendront dans les urnes pour élire un nouveau président de la République.

 

C.K

 

Laisser un commentaire