Toumodi / Musique tradi-moderne baoulé : Allah Thérèse présente son dernier album à ses parents

La célèbre et mythique chanteuse de la musique tradi-moderne baoulé Allah Thérèse a dédicacé son nouvel et dernier album baptisé ” Bégnanssou Moyé”. Cette cérémonie festive a eu lieu le week-end dernier foyer polyvalent de Toumodi qui porte son nom.

Devant un parterre de mélomanes, amoureux de musique issue du riche patrimoine baoulé, la légende vivante a presté au grand plaisir du public qui s’est laissé bercer par des titres qui rappelaient une certaine époque. Plusieurs artistes du terroir baoulé ont pris part à la fête. Il s’agit d’Ange Gnamien, Donnefort, Jagger le chic, Blayoya Akissi, Nanan Boni, Ahou Monique, Ohouo, Boblet Zouzoua dit Pot Blé. Les artistes qui ont gratifié les férus de la ‘’Mémé’’ ont saisi l’occasion pour donner des cadeaux à l’artiste de 66 ans de carrière musicale. Le public venu nombreux pour la circonstance n’a pas boudé son plaisir.

En retour, Allah Thérèse, leur a passé le flambeau comme pour leur signifier qu’elles ont le devoir de perpétuer la musique tradi-moderne. Elle a donné la signification de “Bégnanssou Moyé ” son album dernier-né: « Dans cette production, je dis merci à toute la nation ivoirienne. Depuis le décès de mon mari, je me sens seule et je n’ai plus la force et les ressources nécessaire pour continuer l’œuvre. J’ai donc décidé de me retirer de la scène musicale. Begnanssou Moyé est un album-testament, un album-bibliothèque parce qu’en fait cet album compile toutes mes productions, ramifie, raconte toutes les histoires, et résume toute ma vie entière. Bégnanssou Moyé dit que si nous faisons tout avec notre cœur, cela nous procure du bonheur. Je demande aux jeunes d’épouser le bon sens, le bon chemin. J’étais la fille adorée de Papa Houphouët. Que Dieu le bénisse là où il est », a-t-elle mis fin à sa carrière.

Pour le producteur, N’Dri Lucien, Allah a beaucoup donné à la Côte d’Ivoire. Donc il faut soutenir son dernier album. « J’ai découvert pour la première fois Allah Thèrèse en 1978 à la télévision au cours d’une émission qu’on appelait Côte d’Ivoire ma belle. A partir de là je l’ai suivi dans plusieurs émissions radio et télé animées par Bertin Kouakou et j’appréciais vraiment la mélodie et les thèmes qu’elle développait, en l’occurrence l’amour et la reconnaissance. Du coup, je l’ai adoptée définitivement. Quand en 2016, elle m’a demandé de l’accompagner pour remercier la nation ivoirienne de l’avoir adoptée, je n’ai pas hésité un seul instant. Et voici le résultat, voici Bégnanssou. Nous avons déjà fait la présentation officielle à Abidjan devant son ministre de tutelle. Aujourd’hui nous présentons l’œuvre à ses parents de Toumodi pour leur demander leur bénédiction, car nous serons bientôt à l’assaut de toute la Côte d’Ivoire, dans toutes les villes du pays. Nous demandons aux mélomanes ivoiriens de réserver un bon accueil à cette œuvre », a exhorté le producteur.

Il faut noter que la prochaine étape est prevue le 21 décembre 2019, au Centre culturel Jacques Aka, à Bouaké.

Carlverth Kouakou

 

 

 

Laisser un commentaire