Développement durable/Le ministre Assi Jean-Luc : « L’étude d’évaluation environnementale et sociale doit être la condition préalable pour la réalisation de tout projet »

by Zephirin

Ce sont des attributs composés de kakemonos, de fanions et de plaquettes que le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Assi Jean-Luc, a remis aux membres du bureau de la Chambre Ivoirienne des Experts-Conseils en Evaluations Environnementales et Sociales (CIVEXES), jeudi, dans un grand hôtel à Cocody.

A cette occasion, le ministre Jean-Luc Assi a estimé qu’« aujourd’hui, qu’il soit urgent qu’une étude d’évaluation environnementale et sociale soit la condition préalable pour la réalisation de tout projet ». En ce sens qu’il est, a-t-il ajouté, de notoriété publique que la question est « un véritable challenge face au défi du développement durable qui doit accompagner tous les investissements réalisés dans notre pays », à la fois pour les décideurs, les investisseurs et pour tous les professionnels du domaine de l’environnement. Mieux, au dire du ministre, cela est devenu « une conditionnalité incontournable pour les différents partenaires techniques et financiers internationaux qui soutiennent le Gouvernement dans le financement des projets de développement ». A ce titre, il a exhorté les membres de la CIVEXES « d’user de patience et de pédagogie pour que tous les professionnels de la filière adhèrent à cette faitière qui est, aujourd’hui, un interlocuteur privilégié du gouvernement en matière d’évaluation environnementale ». Revenant à la cérémonie du jour, M. Assi a souligné que la remise des attributs représente « un gage de qualité ». Parce que ce sont les « signes distinctifs » de l’appartenance d’un homme ou d’une institution à une organisation. Ce sont au total 15 entreprises du secteur et 5 consultants individuels qui ont reçu leurs attributions.

Selon le président de la CIVEXES, Traoré Namory, l’organisation est née en 2017 de la volonté de certains membres de se regrouper en association professionnelle dans le but, d’une part, de constituer un cadre de concertation permanente pour tous ceux qui interviennent dans le domaine des évaluations environnementales et sociales de projets de développement, et d’autre part, d’apporter des réponses aux difficultés qui minent la corporation (et qui portent, notamment, sur le statut des bureaux d’études environnementales ; la concurrence déloyale dont les véritables professionnels nationaux en Evaluations environnementales sont victimes, non seulement au plan national mais aussi an plan international ; les capacités des bureaux d’études à mener convenablement leurs activités) et de constituer un partenaire technique pour les institutions nationales et internationales dont les activités ont des liens avec la protection de l’environnement et le développement durable. Pour rappel, c’est depuis 2002 que le projet d’organisation du milieu de l’Evaluation environnementale et sociale a été initié, mais il a fallu attendre 11 ans plus tard avant qu’un groupe restreint œuvre pour une nouvelle initiative d’organisation du secteur. Notons que depuis 1997, l’État a mis sur pied l’Agence Nationale de l’Environnement (ANDE), le Guichet unique des évaluations environnementales et sociales.

Mathias Kouamé

Légende: Le ministre (à droite) et le président de la CIVEXES (à gauche) remettant les attributs à un bénéficiaire.

Articles similaires