Burkina Faso/Traitement d’information en période d’insécurité: Les journalistes et communicateurs catholiques affichent leur préoccupation

by Zephirin

La question du traitement de l’information en période d’insécurité obéit à des règles qui ne sont pas toujours respectées. Pour les journalistes et communicateurs catholiques de l’Afrique de l’ouest, il s’agit donc de répondre efficacement à cette problématique transfrontalière.

C’est à cet effet que réunis à Bobo Dioulasso, ils vont donner une réponse à cette problématique à l’occasion du Refresher Program 2021. Portant sur le thème : « Médiatiser sans promouvoir l’insécurité : rôle et devoir des journalistes et des médias » ce sont 5 pays (Mali, Benin, Cote d’Ivoire, Burkina Faso et Sénégal) qui sont présents à l’Ocades : « Les actes terroristes visent à faire peur. Et la propagation de ce sentiment dépend des médias. Devons-nous continuer à publier des images choquantes qui violent la dignité des victimes ? Ivoiriens, sénégalais, burkinabè, beninois, maliens, travaillons à faire de nos pays des pays résilients grâce à notre action journalistique », a indiqué Alexandre le Grand Rouamba, Président de l’union catholique de la presse (UCAP-Burkina) à l’entame des travaux. Le soutien de l’église catholique aussi bien au Vatican qu’au Burkina n’a pas fait défaut à cette initiative. « Votre thème relève que vous avez conscience de votre responsabilité dans la préservation de la paix. Que de vos réflexions jaillissent des pistes de solution », a affirmé  Mgr Paul Ouédraogo, Archevêque de Bobo-Dioulasso.

Dans son intervention, le ministre de la communication et des Relations avec le Parlement, s’est, pour sa part, réjouit de cette rencontre sous-régionale. « La question de savoir comment donner l’information préoccupe l’opinion avec les attaques terroristes que nous connaissons », a constaté le Dr Ousseni Tamboura. Poursuivant, il a rappelé les actions menées par son département avant d’assurer les acteurs de média de son soutien : « Nous saluons ce cadre important de sensibilisation. Il s’agit d’une préoccupations qui appelle une mutualisation des énergies », a fait savoir le porte-parole du Gouvernement Burkinabè. Pour ces travaux qui entendent s’achever le 13 Septembre 2021, ce sont plusieurs thématiques qui seront abordés. La visite du Mausolée de Tièfo Amoro entend constituer le volet touristique de ce séjour dans la cité du Sya.

XG

Articles similaires