Edito: PDCI – FPI, la difficile coalition !

Après la présidentielle d’octobre 2020, les élections législatives qui se tiennent le 6 mars 2021 constituent le dernier acte de la séquence électorale pour l’année 2020. Et depuis le 04 janvier dernier, date d’ouverture du dépôt des candidatures ouvert à la Commission électorale indépendante (CEI) qui court jusqu’au 20 du même mois, les stratégies ne manquent pas dans les états-majors des partis politiques. Chacun s’active pour le choix de ses candidats susceptibles de siéger dans le Haut lieu de la représentation nationale au terme de cette joute électorale. Mais à y voir de près, l’opposition se berce d’illusions dans sa volonté de désigner dans chaque circonscription, le meilleur choix pour maximiser la victoire. Dans le camp du parti au pouvoir, c’est-à-dire, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), la méthode adoptée semble être de loin la bonne. Les différentes coordinations régionales ont été mises à contribution pour éviter de disperser les voix. Elles sont chargées de faire un premier tri des dossiers de candidature à la candidature face au grand nombre de militants qui affichent tous des ambitions somme toute légitimes. Signe de la vitalité du parti des houphouëtistes. Ces coordinations régionales ont ainsi la lourde tâche de traiter la multitude de dossiers en vue de départager les candidats afin que le choix définitif fasse l’unanimité aussi bien au niveau de la base que des potentiels candidats. Le RHDP se voulant la force motrice du projet de société du Président Alassane Ouattara, il s’inscrit dans la dynamique de donner une majorité confortable à l’Assemblée nationale à son leader qui a été brillamment élu le 31 octobre 2020.

Du côté de l’opposition, l’on prône aujourd’hui l’unité après avoir pratiqué la politique de la chaise vide. Pour elle, l’enjeu de ces législatives est d’assurer à la coalition des partis politiques de l’opposition la majorité absolue au Parlement, afin de contrôler l’Exécutif. Alors qu’au Front populaire ivoirien (FPI pro-Gbagbo), plus de 30 délégations sont en tournée dans les différentes régions du pays pour la remobilisation des troupes, au PDCI-RDA, l’on a défini le processus de réception, d’analyse et de transmission des candidatures des militants qui sollicitent le parrainage du parti pour les élections législatives de mars 2021. Mieux, un comité électoral a été mis en place, présidé par l’ancien ministre de l’Intérieur, Emile Constant Bombet, pour garantir le succès du vieux parti à cette échéance. Mais, selon des observateurs avertis, la stratégie de la coalition de l’opposition, avec à sa tête le PDCI d’Henri Konan Bédié, et les 2 branches du FPI de Laurent Gbagbo, de faire front commun pour les législatives pourrait ne pas fonctionner. Après 10 ans de boycott des élections, le FPI pro-Gbagbo a un challenge. Celui de reprendre ses bastions afin de se repositionner comme premier parti de l’opposition et revenir dans le jeu politique. Malheureusement, le FPI pro-Gbagbo qui n’a plus d’ancrage ignore que ces bastions ont été repris par son actuel allié qui, visiblement, ne voudra rien céder. Etant entendu qu’il  est difficile aujourd’hui de mesurer  le poids électoral réel de cette formation politique après ce long passage à vide. Cette réalité va tourner, immanquablement, à l’avantage du RHDP qui fera mordre la poussière à l’opposition au soir du 6 mars 2021.

Par G. De Gnamien

Laisser un commentaire